dimanche, 18 avril 2021|

3 visiteurs en ce moment

 

Mise au point sur le vote de la loi Molac


Mise au point au sujet de la récente loi Molac et des langues régionales.
Depuis le vote de la loi Molac, vendredi 9 avril dernier, le débat fait parfois rage sur le vote des députés insoumis-e-s à l’assemblée, sur des termes essentiels de la loi, sur la place des langues régionales etc... Les insoumis ont voté contre la loi et l’ont expliqué ; voir ici l’intervention de Bastien Lachaud :
https://www.assemblee-nationale.fr/dyn/15/comptes-rendus/seance/session-ordinaire-de-2020-2021/deuxieme-seance-du-jeudi-08-avril-2021

Ce débat national qui a tranché certains aspects de cette question importante a-t-il bien exposé toutes les questions et le vote négatif des députés insoumis s’explique comment ?

Malgré une reconnaissance des Langues Régionales par cette loi, le problème posé par l’enseignement privé explique pour beaucoup le vote des députés insoumis. Un des articles de cette loi concernant le financement des enseignements de langues régionales, permet de favoriser l’enseignement privé. Ce problème indéniable, à ne pas sous-estimer, reste problématique. Je pense que cette loi, loin d’être parfaite, permet une avancée claire vers la reconnaissance des langues et cultures régionales. Parce que c’est une question délicate il faut donc éviter les raccourcis et les visions simplistes.

Les différences sociales des élèves bénéficiaires de cet enseignement sont éludées, alors qu’une langue régionale est avant tout populaire. L’apprentissage des langues régionales n’est pas pris en charge de la même manière sur l’ensemble du territoire. Cet enseignement subit une vision caricaturale qui peut engendrer un phénomène de mode pour le public issu de classes moyennes, aisées et diplômées, qui sont plus soucieuses du comment on apprend à l’école, que de l’apprentissage de la langue régionale en immersion.

Sur le territoire de l’Occitanie le public des jeunes urbains toulousains n’est pas celui des petites communes rurales si nombreuses. Or cet enseignement est souvent le fruit d’une volonté de ne pas perdre la richesse d’une langue et d’une culture, telles que les font les calandretas toulousaines !

L’Occitan est une langue populaire. Mes grands-parents paternels le parlaient et sa transmission, fragile, s’est effectuée : ainsi scolarisée à Castres, j’ai choisi l’option Occitan en terminale de mon lycée, option offerte dans les lycées de la région.

L’enseignement des langues régionales est malheureusement de moins en moins pris en charge par les établissements publics. De moins en moins d’établissements, et c’est peu de le dire, offrent l’opportunité d’étudier l’occitan au sein des établissements publics. S’il y a autant d’écoles associatives laïques, privées, en immersion, c’est parce depuis longtemps, le service public d’éducation, n’a pas voulu intégrer ces classes bilingues en son sein. Aujourd’hui le vrai sujet est celui-là : pourquoi ne pas intégrer enfin, les classes bilingues au sein de nos écoles publiques ? Pourquoi ne pas reproposer en option ces langues aux élèves dans le second degré ? Rappelons à nouveau que les rectorats ont retiré peu à peu les moyens à ces apprentissages et qu’il faut toujours se battre pour les maintenir.

Une école digne de ce nom, émancipatrice et ouverte sur le savoir et la culture, c’est une école qui permet aux langues régionales mais aussi aux autres langues maternelles de nombreux élèves (arabes, langues asiatiques etc.), d’être enseignées en son sein.

Un soutien indéfectible des élus insoumis régionaux d’Occitanie Pour finir je voulais rappeler qu’en tant qu’élu.e.s de la France Insoumise, nous avons voté l’ensemble des délibérations qui soutenaient la culture et les langues régionales, Occitan et Catalan. Notre vote n’a jamais fait défection. A ceux qui s’étonnaient et ironisaient (au RN) que je puisse voter en faveur des calandretas, j’ai toujours répondu ceci :

je suis favorable à ces écoles laïques qui devraient être intégrées à l’école publique et républicaine.

Myriam Martin, conseillère régionale Occitanie, France Insoumise

 
A propos du Blog du Grand-Bas-Armagnac Insoumis
Si nous avons créé ce blog, c’est pour participer à démontrer que, contrairement à ce qu’on nous serine du matin au soir, il existe une alternative à la jungle libérale qui, par usurpation du langage, nous est présentée comme étant la modernité. Ce blog est une auberge espagnole où quiconque, simple citoyen, militant politique, syndical ou associatif peut (...)
En savoir plus »
Thèmes