vendredi, 3 août 2018|

1 visiteurs en ce moment

 

RENÉ CHAR poète, résistant et insoumis !


La lecture, c’est une bonne nourriture.
Avec les congés payés conquis, au pied d’un arbre, au bord d’une rivière ou dans les Pyrénées, profitons de la vie en nous abreuvant des écrits de René Char, poète, résistant et insoumis.

René Char est né en 1907 dans le Vaucluse à L’Isle-sur-la-Sorgue. Cet endroit fut un refuge et une source d’inspiration poétique intarissable pour l’adolescent solitaire et épris de liberté.

La rencontre avec Paul Éluard en 1929 incite René Char à rejoindre Paris où il découvre Aragon, André Breton, Éluard et les surréalistes,

et plusieurs de ses poèmes sont illustrés par des peintres du même courant artistique : Dali, Kandinsky, Picasso… groupe auquel il adhère jusqu’en 1934.

Ses premiers engagements dans la vie politique datent de cette époque : le 6 février 1934, il résiste et s’oppose aux manifestations des ligues fascistes à Paris. En 1937, il dénonce au même titre que Picasso, les massacres des républicains durant la guerre d’Espagne.

Durant les années 1939-1945, période névralgique de la Seconde Guerre mondiale, René Char, homme de résistance, de révolte, de colère et d’insoumission, ne peut se contenter d’un attentisme passif.

Sous le nom de capitaine Alexandre, il participe activement à la résistance. Cette implication politique et historique retentit durablement sur le sens et la forme de sa quête poétique. Les Feuillets d’Hypnos, permettent de « résister » à l’occupant, de témoigner de l’engagement nécessaire, de conjuguer souffrance et espérance.

Jusqu’à sa disparition en 1988, René Char ne se départit pas d’un pessimisme profond. Ami d’Albert Camus, avec qui il entretient une longue correspondance, il s’adonne également au dessin et à la peinture. Les Matinaux, La Parole en archipel, Fenêtres dormantes et porte sur le toit… Toute l’œuvre poétique met en mots le combat obstiné contre la mort et l’oubli, célèbre et sublime le culte de la Beauté et de l’Amour.
Bonnes vacances, bonnes lectures !
Et n’oublions pas que, dans la France de 2018, 22 millions des citoyen.ne.s ne partent pas en vacances, dont plus de 3 millions d’enfants.

Des livres à lire et à faire lire des écrits choisis


Hâte-toi
Hâte-toi de transmettre
Ta part de merveilleux
de rébellion
de bienfaisance

Impose ta chance, serre ton bonheur et va vers ton risque. A te regarder, ils s’habitueront.

L’essentiel est sans cesse menacé par l’insignifiant.

Nous tombons. Je vous écris en cours de chute. C’est ainsi que j’éprouve l’état d’être au monde.

Nous sommes venus jusqu’ici car là où nous étions ce n’était plus possible. On nous tourmentait et on allait nous asservir. Le monde, de nos jours, est hostile aux Transparents.

A tous les repas pris en commun, nous invitons la liberté à s’asseoir. La place demeure vide mais le couvert est mis.

Viendra le temps où les nations sur la marelle de l’univers seront aussi étroitement dépendantes les unes des autres que les organes d’un même corps, solidaires en son économie.

Le cerveau, plein à craquer de machines, pourra-t-il encore garantir l’existence du mince ruisselet de rêve et d’évasion ?

L’homme est capable de faire ce qu’il est incapable d’imaginer. Sa tête sillonne la galaxie de l’absurde.

Un poète doit laisser des traces de son passage, non des preuves. Seules les traces font rêver.

Portfolio

 
A propos du Blog du Grand-Bas-Armagnac Insoumis
Si nous avons créé ce blog, c’est pour participer à démontrer que, contrairement à ce qu’on nous serine du matin au soir, il existe une alternative à la jungle libérale qui, par usurpation du langage, nous est présentée comme étant la modernité. Ce blog est une auberge espagnole où quiconque, simple citoyen, militant politique, syndical ou associatif peut (...)
En savoir plus »
Thèmes